Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.

Accueil Accueil / Blog / Hommage à Elie Wiesel : un « mensch » a quitté ce monde


Hommage à Elie Wiesel : un « mensch » a quitté ce monde


Véritable « messager de l’humanité » pour le Comité Nobel, Elie Wiesel, Prix Nobel de la Paix en 1986, est décédé à l’âge de 87 ans, le 2 juillet dernier à Manhattan, entouré de ses proches.

Né en 1928 à Sighet en Roumanie, il fut déporté à 15 ans à Auschwitz avec les siens. Sa mère et sa soeur cadette sont assassinées, son père meurt sous ses yeux à Buchenwald où tous deux furent transférés.

En 1945, il est recueilli par l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) et vit en France jusqu’en 1956 : là, il étudie la littérature et la philosophie à la Sorbonne. La langue française demeurera essentielle pour l’écrivain majeur qu’il deviendra.

Toujours, partout où un être humain serait persécuté, je ne demeurerai pas silencieux” avait-il promis à la fin de la guerre.

De fait, son oeuvre témoigne de cette promesse largement tenue dès sa rencontre – déterminante – avec François Mauriac qui l’encourage à écrire.

En préfaçant son premier roman « La nuit » en 1958, l’écrivain français fait entrer Elie Wiesel dans le monde de la littérature : de nombreux ouvrages suivront, tous unanimement salués ( notamment « Le mendiant de Jérusalem », « Le testament d’un poète juif assassiné », « Le cinquième fils », « Le temps des déracinés », « Un désir fou de danser ») mais aussi des pièces de théâtre et des essais.

 

Citoyen américain depuis 1963, Elie Wiesel a vécu entre les Etats-Unis, la France et Israël.A l’annonce de son décès, les dirigeants des trois pays lui ont rendu un hommage vibrant :

 

« Elie n’était pas seulement le plus célèbre survivant de la Shoah, il était un mémorial vivant. Sa vie et la force de son exemple nous poussent à être meilleurs. La mémoire est devenue un devoir sacré pour tous les hommes de bonne volonté » Barack Obama

 

« Un grand humaniste, inlassable défenseur de la paix » – François Hollande

.

« Triste journée quand nos mémoires vivantes s’éteignent. La Shoah, l’exigence d’Elie Wiesel : ne jamais oublier »  – Manuel Valls

.

Aujourd’hui, le peuple juif et le monde ont perdu plus qu’une vie – un survivant de l’Holocauste, un écrivain et un lauréat du Prix Nobel de la Paix – en la personne d’Elie Wiesel.L’état d’Israël et le peuple juif pleurent la mort d’Elie Wiesel » – Benjamin Netanyahu.

 

Tous ceux qui ont eu la chance de côtoyer Elie Wiesel auront à coeur de transmettre son message de paix :

Michaël de Saint-Chéron : « Aujourd’hui sa vie posthume commence. A nous de faire en sorte que les jeunes rencontrent son oeuvre et s’en nourrissent comme elle nous a nourris »

Guila Clara Kessous, comédienne, artiste pour la paix de l’Unesco, a étudié sous la direction d’Elie Wiesel et travaillé à ses côtés. Elle a enregistré « La nuit », oeuvre majeure d’Elie Wiesel. Un bel hommage et une façon de transmettre son enseignement.

« L’oubli n’est pas une maladie individuelle mais collective », affirmait Elie Wiesel. Le Prix Nobel de la Paix incarnait véritablement la voix des six millions de juifs, morts sans sépulture.

Puissiez-vous reposer en paix, Monsieur Wiesel !

 

Patricia DRAI


Partager

Facebook Twitter


Paru le :
Lundi
5 septembre 2016