Adhérer

Devenez membre
et acceder aux ateliers, cours, activités, tarifs préférentiels, ...
En savoir plus

Inscrivez-vous pour rester informé de toute l'actualité de votre centre communautaire.

Accueil Accueil / Blog / Non classé / Chronique littéraire

Chronique littéraire


Chronique littéraire

Patricia DRAI – « Entre vous & moi » Radio Judaïca Lyon (94.5) le mercredi 10h30 – 12h

 www.radiorjl.com

 

 

Deux sagas familiales, deux auteurs pour un premier roman

 

N’oublie rien en chemin

d’Anne-Sophie Moszkowicz

paru aux Editions Les Escales – 176  pages – 16,90 €

Anne-Sophie Moszkowicz travaille dans l’édition à Paris.

L’histoire qu’elle nous raconte dans ce premier roman – particulièrement réussi – illustre la phrase de Boris Cyrulnik placée en exergue du récit : « Rien ne s’efface, on croit avoir oublié, c’est tout ».

 

Sandra Klein, la quarantaine tranquille, vit heureuse à Lyon, avec son mari, Paul, psychanalyste et leurs trois filles.

Sa grand-mère, Rivka, décède. Sandra reçoit en héritage les carnets personnels de sa chère grand-mère. En pénétrant dans le passé de Rivka, Sandra est renvoyée à son propre passé, plus exactement à l’année 1997 : cette année-là, elle quittait Lyon pour poursuivre ses études de droit à Paris. Elle vit alors une histoire d’amour singulière avec Alexandre.

Retourner à Paris, cette ville maudite à double titre, pour Sandra et sa grand-mère, c’est affronter ses démons, ceux de sa famille.

A travers les Moleskine de sa grand-mère, Sandra découvre le passé douloureux de sa famille (l’Occupation, les rafles) et en reprenant ses carnets personnels, elle revit son histoire d’amour avec Alexandre à Paris.

Ce roman, sensible et bien écrit, nous parle de transmission et de mémoire, deux valeurs inculquées à l’auteur par sa famille.

 

—————————————————————————————————-

La traversée du Sambatyon

de Victoria Klem

paru aux Editions Sépia – 180 pages – 17 €

Victoria Klem vit à Strasbourg où elle exerce un métier médical.

« Parce que tout ce qui vit doit mourir un jour … : le thème de ce premier roman est l’accompagnement à la fin de vie, la traversée d’une rive à l’autre…

Le Sambatyon est ce fleuve de la mythologie juive qui sépare les vivants des morts. Au moment de franchir cette étape, Bob (également appelé Bobby, Papinou ou encore Papy) sait qu’il peut compter sur l’amour et l’affection des siens.

Tous sont près de lui : Betty, sa femme, sa Douce, Emma, sa fille unique, mais aussi son petit-fils Maxence, kinésithérapeute (qui prend soin de son grand-père avec beaucoup de tendresse) et ses petites-filles Vanessa et Julie.

Durant une semaine, ils vont vivre près de lui, avec le personnel soignant, bienveillant et attentif.

En italique dans l’ouvrage, sont retranscrites les pensées de Bob : il les entend tous mais ne peut leur parler. Des moments joyeux et émouvants ponctuent cette semaine : notamment le kiddoush du shabbat, la lecture des poèmes et textes de Vanessa, la narratrice.

La loi Léonetti, relative aux droits des malades et à la fin de vie, et la halakha pour cette famille juive au sein de laquelle s’expriment différentes sensibilités et degrés de pratique religieuse : à travers ce double prisme, Victoria Klem nous livre ses sentiments sur la famille, le sens de la vie.

Ce huis clos familial, tendre et intense, a intéressé le Comité de lecture de la WIZO qui a pré-sélectionné l’ouvrage pour le Prix 2017. A suivre donc…

 

 

 

 


Partager

Facebook Twitter


Paru le :
Mardi
11 juillet 2017